• image

Maladie d’Alzheimer | Les symptômes d’Alzheimer

La maladie ALZHEIMER est une maladie neuro-dégénérative qui entraîne la perte progressive et irréversible des fonctions mentales. Il est possible de constater des signes précurseurs de la maladie d’Alzheimer jusqu’à 12 ans avant le diagnostic.

Les facteurs de risques

Ils font état d’un risque accru, et sont relatif à une personne, à son mode de vie, à son environnement et à son hérédité. Un facteur de risque n’est pas un élément déclenchant à lui seul. Contrairement à une idée préconçue, les antécédents familiaux ne représentent que 1% des malades.

Les personnes âgées sont plus concernées, c’est une maladie du vieillissement, mais pas uniquement. Les femmes de plus de 80 ans représentent un pourcentage significatif.

Les maladies cardio-vasculaires, l’hypertension artérielle et le diabète sont identifiés comme des facteurs augmentant le risque. Les personnes souffrant d’un diabète de type 2 sont en moyenne, deux fois plus susceptibles, de développer un trouble cognitif. L’alcool a des répercussions particulières. Les consommateurs réguliers à des doses significatives, augmentent leur exposition au risque d’une maladie dégénérative et en particulier ALZHEIMER. Les personnes qui ne consomment jamais d’Alcool ont un taux d’exposition supérieur à la moyenne. Seul, ceux qui consomment de l’alcool de façon régulière mais modéré diminue le risque.

Les symptômes

La vitesse et l’évolution de la maladie sont variables d’un individu à l’autre. La maladie commence par affecter la mémoire. Elle se concrétise par une affectation du lien entre la mémoire à court terme et la mémoire à long terme.

La personne affectée a des oublis de noms ou d’évènements récents et a des difficultés pour acquérir de nouvelles informations.

Le diagnostique

Pour faire le diagnostic de maladie d’Alzheimer il est nécessaire d’évaluer plusieurs fonctions cognitives.

Test de Folstein (MMS)

Il est le test le plus répandu et celui recommandé par la Haute Autorité de santé. Il dure 15 minutes. Ce test mesure les fonctions : ‘apprentissage, la mémoire, l’attention, le raisonnement, le langage.

Le « test de l’horloge »

Ce test permet une détection de la démence mais n’est pas spécifique pour la maladie d’Alzheimer. Il consiste à faire dessiner à la personne le cadran d’une montre. On demande au patient d’indiquer une heure. Il dure 2 minutes. Test de Gröber et Buschke pour explorer la mémoire. Selon certains il serait efficace pour détecter le début d’une maladie d’Alzheimer.

Test de Stroop

Ce test est composé de 3 épreuves d’une durée de 45 secondes chacune.

Des examens en milieu hospitaliers sont nécessaires : examens biologiques tel que le dosage de la thyréostimuline hypophysaire (TSH), un hémogramme, une CRP, une natrémie, une calcémie, une glycémie, une albuminémie et un bilan rénal

L’imagerie cérébrale est systématique. Un IRM permet le diagnostic étiologique des démences. Dans le cas d’une impossibilité de réaliser un IRM, un scanner cérébral permettra d’éliminer les causes curables.

Conséquences de la maladie

Des repères pour faciliter la vie

Dans chaque pièce, écartez les sources de danger. Il y en a beaucoup : appareils électriques, médicaments, produits toxiques, tapis ou meubles bas qui peuvent provoquer une chute. Evitez de fermer des portes à clé, cela peut provoquer des crises d’angoisse. Si votre parent reste seul, toutefois, trouvez un moyen pour qu’il n’accède pas au balcon, par exemple.

La vision diminue avec l’évolution de la maladie. Les endroits où il aime se trouver doivent être bien éclairés. Laissez dans le noir les pièces où vous ne voulez pas qu’il se rende. Installez des veilleuses pour qu’il puisse aller aux toilettes la nuit.

Ne changez pas ces affaires de place. Organisez les rangements pour qu’il n’ait pas à chercher. Posez des étiquettes : « cuisine », « chaussures », « verres »…

Rythmer les différents moments est important pour que le malade continue de respecter des horaires et ne confonde pas le jour et la nuit, ce qui est fréquent. Il y a un temps pour la toilette, les repas, les activités du jour, le coucher, le lever.

La toilette

Faire sa toilette est pour chacun synonyme d’intimité. Votre parent peut se sentir honteux d’avoir besoin d’aide. Il peut se sentir agressé si l’on s’y prend mal.

Préservez sa pudeur, faites le participer autant qu’il pourra, à son rythme.

Les repas

La maladie d’Alzheimer est un trouble de la mémoire : votre proche oubliera l’heure du repas aussi bien que l’usage de la fourchette. Laissez-le manger même avec les doigts, l’essentiel est qu’il mange car la dénutrition est une des complications de la maladie. Dans le menu proposé, tenez compte de ses goûts antérieurs.

Veillez à ce qu’il boive beaucoup, encore plus, quand il fait chaud. Les personnes âgées n’ont pas la sensation de soif et la déshydratation est un risque majeur !

Les activités

Il est important de maintenir une activité physique. La marche est fortement recommandée. La vie sociale doit se poursuivre. Le lien trans-générationnel semble avoir un effet positif sur le malade. Faire des gens faisant appel à la mémoire (memory), histoire familiale autour des albums photos, Scrabble, jeux vidéos pécialisés.

Réduire le risque

  • Faites de l’exercice
  • Évitez le tabac et la consommation excessive d’alcool
  • Suivez de près votre état de santé : pression artérielle, cholestérol, glycémie et poids
  • Maintenez vos relations et activités sociales
  • Adoptez une alimentation équilibrée et saine, riche en céréales, poissons, légumineuses et légumes
  • Réduisez votre niveau de stress
  • Stimulez votre cerveau en essayant quelque chose de nouveau, comme un jeu ou l’apprentissage d’une nouvelle langue
  • Protégez votre tête avec un casque pour faire du sport

Liens utiles

France Alzheimer
Personnes agées – gouv
Santé – gouv
Fondation Mederic Alzheimer

Bibliographie

La maladie d’Alzheimer de Georges Lambert Ed. Les essentiels Milan La maladie d’Alzheimer au jour le jour, guide pratique de l’aidant de Jacques Selmès et Christian Derouesné Ed. John Libbey La maladie d’Alzheimer, gérer les modifications du comportement, guide pratique de l’aidant de Jacques Selmès et Christian Derouesné Ed. John Libbey

Posted in:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *